Sécurité sociale étudiante : Vite le changement !

                           Depuis les années 1970, deux réseaux de mutuelles étudiantes délèguent la sécurité sociale pour les étudiants : c’est le régime obligatoire de l’assurance maladie. Il existe un réseau national, la LMDE, et un réseau régional (emeVia, Vittavi). 


En plus de rembourser la part obligatoire des différents soins de santé, ces 2 structures proposent à grand renfort de communication des produits 
complémentaires facultatifs : Ce sont les mutuelles  étudiantes

 

                           Alors qu’on pourrait penser que la concurrence profite aux étudiants, c’est l’effet inverse qui se produit, car la sécurité sociale étudiante est proposée au même prix et pour les mêmes prestations, selon un accord avec l’assurance maladie (CNAM).En échange, la CNAM reverse une cinquantaine d’euros par affilié pour la gestion… Et quelle gestion ! 


Ce que chacun a pu constater sur son campus a été étudié par la Cour des Comptes, le Sénat et une association de consommateurs. Voici ce qu’ils mesurent :

  • 55 % des appels reçus par les mutuelles étudiantes ne sont pas traités
  • 33 % des étudiants n’ont pas reçu leur carte vitale au 31 décembre suivant la rentrée
  • 25 % des étudiants ignorent que la complémentaire santé n’est pas obligatoire
  • 47,7 % des étudiants estiment que les mutuelles ont trop insisté pour vendre leur complémentaire santé

Vous trouvez ça normal?

L’UNECD et le réseau des associations étudiantes de la FAGE demande la fin de la délégation du régime de sécurité sociale aux mutuelles étudiantes et propose la création d’une branche étudiante au sein de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM).

Une carte vitale rapidement délivrée, des soins remboursés sans délai, une caisse facilement joignable, c’est ce que les étudiants sont en droit d’exiger pour leur santé !

=> Lire la lettre ouverte de la FAGE sur la mutualité étudiante