Point sur la fac privée de Toulon

Quelques actualités à propos de la fac privée de Toulon.

Dessin Deligne ©Var Matin

Tout d’abord, une motion sur le sujet a été déposée lundi 19 novembre par les élus du réseau de la FAGE au Conseil National de l’Enseignement Supérieur Et de la Recherche, et a été approuvée. Vous la trouverez en fin de page, elle reprend les grandes lignes de notre communiqué de presse de la semaine dernière.

D’autre part, dans la profession, l’Ordre National des Chirurgiens Dentistes, la Conférence des Doyens en odontologie et les 3 syndicats représentatifs des chirurgiens dentistes dénoncent la situation. La conférence des doyens a envoyé au ministère un courrier commun avec les autres conférences de doyens de santé (comme nous l’avons également fait il y a plus de deux semaines). L’Ordre en fait la Une de sa « Lettre » à paraître, et publie un article dans lequel l’UNECD est interviewé.

La mission des formations de santé de la DGESIP, administration du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, est également mobilisée sur le sujet, et a monté un dossier récapitulant les différents textes pouvant s’appliquer à l’établissement. Le rectorat de Nice, la CPU (conférence des présidents d’université) et bien d’autres nous ont également fait part de leur travail sur le sujet.

Le point fort des différents éléments est vraiment le fait que nous n’avons toujours pas d’information claire sur la légalité de l’établissement. Entre autres, de fortes questions se posent encore par rapport aux stages cliniques, dont la réalisation en France paraît bien délicate, et qui pourraient mettre en péril la survie de l’école s’ils venaient à se faire au Portugal. La demande a été clairement faite au ministère en charge de la santé de refuser que ces étudiants puissent soigner des patients sur le sol français.

En conclusion, l’ensemble des étudiants et de la profession sont mobilisés et ne comptent pas laisser se développer cette entreprise. Les investigations demandant du temps, nous ne pourrons malheureusement pas avoir des réponses immédiates … mais au vu du lobbying de l’ensemble des acteurs sur le sujet nous attendons tout de même des éléments de réponse à communiquer aux étudiants au plus vite !

—————————–

Motion déposée par la FAGE au CNESER du lundi 19 novembre 2012

Le 12 novembre 2012, l’Université de Fernando Pessoa (UFP) a ouvert ses portes à Toulon. Il s’agit d’une antenne en France de l’université du même nom domiciliée à Porto au Portugal. Sous couvert des dernières directives européennes l’UFP France revendique le droit de dispenser à Toulon des formations de santé en particulier en pharmacie, en orthophonie et en odontologie ouvertes aux étudiants français.



Pour le CNESER, cet établissement à caractère privé va à l’encontre du principe même d’équité de l’enseignement supérieur prôné et défendu par l’ensemble de la communauté universitaire.
Via le caractère privé de l’établissement, le coût des formations s’élèvera jusqu’à 9500 euros par an ce qui va à l’encontre du Service public d’enseignement supérieur.

De plus l’UFP France détourne directement le système français des formations de santé. En effet, ces cursus sont soumis à une régulation des étudiants en lien avec les besoins de santé publique et les capacités d’accueil en stage des étudiants.
Se pose inévitablement la question de la qualité d’une formation dont la pratique et la clinique seraient décorrélées alors qu’elles sont indispensables aux étudiants en santé.

L’inquiétude est d’autant plus forte que l’Université de Fernando Pessoa portugaise est décriée au Portugal pour la qualité de ses diplômes. De nombreuses zones d’ombre demeurent quant aux raisons politiques qui ont conduit l’établissement à s’installer dans la ville de Toulon.

Le CNESER dénonce ce système de concurrence, qui vient remettre en question l’égalité d’accès aux formations.



Le CNESER demande que les pouvoirs publics mettent en oeuvre les moyens nécessaires afin d’aboutir à l’avortement de cet établissement et rappelle son attachement à un enseignement supérieur accessible à tous.

Le CNESER demande à la suite d’une enquête conjointe du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche et du Ministère de la Santé des explications sur une telle implantation.



Le CNESER souhaite entendre à ce sujet les autorités locales délégataires de l’état que sont le Recteur de l’académie de Nice-Toulon et le Directeur de l’ARS.



Le CNESER rappelle son attachement à l’enseignement supérieur public et s’indigne de telles installations d’établissements étrangers privés sur le sol français.

Cet article a été publié dans Non classé. Bookmarker le permalien. Les commentaires et les trackbacks sont fermés.
  • Espace Associations

  • Evénements du mois

    août 2014
    L M M J V S D
    28 29 30 31 1 2 3
    4 5 6 7 8 9 10
    11 12 13 14 15 16 17
    18 19 20 21 22 23 24
    25 26 27 28 29 30 31
  • Nous contacter

    Union Nationale des Etudiants en Chirurgie Dentaire - UNECD

    contact@unecd.com

    7 rue Mariotte
    75017 Paris
    France