Les Négociations Conventionnelles

Quel avenir pour la dentisterie ?

C’est une question que se pose l’ensemble de la profession depuis plusieurs mois (praticiens, enseignants et étudiants) en cette période d’incertitude avec le déroulement des négociations conventionnelles.

Qu’est-ce que les négociations conventionnelles ?

 

Voici une petite vidéo explicative que nous avons réalisée et qui a été visionnée par plus de 80% des étudiants en chirurgie-dentaire de France.

 

Les négociations commencent…

 

Les premières séances de travail d’écriture de ce nouvel avenant ont porté sur le volet de la démographie. Nous avons été invités à la table des négociations conventionnelles au siège de la Caisse Nationale de l’Assurance maladie, en présence des différents partenaires conventionnels (UNCAM, UNOCAM, FSDL, CNSD, UD).

Les discussions portaient sur les modalités d’installation des nouveaux chirurgiens-dentistes en réponse à leur répartition inégale sur le territoire.

Les principales propositions sont les suivantes :

  • Revalorisation de l’aide à l’installation en zone sous-dotée
  • Nouvelle méthode d’analyse de la répartition des praticiens
  • Mise en place d’une régulation de l’installation en zones très sur dotées

L’UNECD a exprimé son opposition à toute mesure coercitive d’installation et à défendu l’intérêt d’accentuer la communication auprès des étudiants sur les mesures incitatives. Notre argumentaire a porté ses fruits puisque la question du conventionnement sélectif a été reportée à plus tard.

Là où le bât blesse…

Notre contribution dans ces négociations semblait avoir trouvé ses limites à ce stade des négociations. Mais la séance du 14 décembre, date des premières propositions sur le volet tarifaire, a laissé un goût amer à l’ensemble de la profession. Le “grand virage” que les praticiens attendent depuis plusieurs années n’a pas été au rendez-vous.

En effet, l’Assurance maladie a proposé une trop maigre revalorisation sur les tarifs des soins conservateurs, chirurgicaux et préventifs et une inadéquation de la prise en charge des soins selon les dernières données scientifiques.

D’autre part, la menace du plafonnement des soins prothétiques, imposé par un arbitrage, ne permet pas de négocier sereinement.

C’est à la fois une grande déception, et une crainte justifiée de l’impact que pourrait avoir ces nouvelles dispositions sur la qualité des soins que l’on souhaiterait prodiguer à nos patients si elles étaient actées.

Nous avons publié un communiqué de presse le 20 décembre afin d’affirmer notre confiance envers les représentants syndicaux en vue de la séance du 6 janvier.

Mais la réunion du 6 janvier n’a pas été à la hauteur de nos espérances.

En effet, les nouvelles propositions des tarifs des soins opposables ne sont toujours pas à la hauteur et la menace d’un plafonnement des soins prothétiques plane toujours.

La conséquence ne s’est pas faite attendre, 2 des 3 syndicats présents ont quitté la table des négociations.

Le constat reste donc alarmant.

La mobilisation en marche !

Nous continuons d’informer et de représenter la voix nos étudiants jours après jour :

  • Un tour des facultés d’odontologie a été mis en place, nommé NégoTour
  • Une pétition étudiante circule depuis le 9 janvier au sein des différents UFR
  • Un préavis de grève à été déposé, appelant l’ensemble des étudiants des 16 CHUs de France à cesser la permanence des soins, afin de nous faire entendre jusqu’à jusqu’à la prochaine séance.

Alors que nous attendions avec enthousiasme d’entrer dans une nouvelle ère de la dentisterie, nos espoirs se retrouvent aujourd’hui menacés et la santé bucco-dentaire de nos futurs patients mise en danger.

Nous resterons mobilisés jusqu’à ce que l’Assurance maladie témoigne sa volonté d’assurer de manière cohérente la prise en charge des soins bucco-dentaires des français. Qu’elle réinvestisse en ces soins qu’elle a délaissé pendant près de trente années…