Le NégoTour

15825817_1197568810338250_4982250679548172113_n

À l’issue de la séance des négociations conventionnelles du 6 janvier 2017, les représentants étudiants, administrateurs et responsables nationaux de l’UNECD, ont voté à la majorité en conseil d’administration le dépôt d’un préavis de grève national. Nous avons appelé l’ensemble des 6 500 étudiants en chirurgie-dentaire de France à entreprendre une grève hospitalière dès le 13 janvier.

Soucieuse de son rôle d’information, de défense et de représentation des étudiants en chirurgie-dentaire de l’hexagone, l’UNECD a entrepris son NégoTour !

 

1 seul mot d’ordre : 16 facultés, 6 500 étudiants, 10 jours.

Voilà le pari que s’est lancé notre structure.

 

Historique, état des lieux, conséquences, craintes, revendications, mobilisation et débats sont venus agrémenter chaque étape de notre parcours. Aujourd’hui, c’est un véritable tour de force que l’UNECD a réalisé au terme de 16 réunions d’information en réussissant a sensibiliser l’ensemble des étudiants, encouragés par leurs enseignants, sur les enjeux épineux que représentent les négociations conventionnelles.

Nous sommes aujourd’hui fiers de nos administrateurs, fiers de leur engagement, de leur réactivité et de leur capacité à fédérer nos praticiens de demain.

Tous ensemble, une seule et même voix.

Les Négociations Conventionnelles

Quel avenir pour la dentisterie ?

C’est une question que se pose l’ensemble de la profession depuis plusieurs mois (praticiens, enseignants et étudiants) en cette période d’incertitude avec le déroulement des négociations conventionnelles.

Qu’est-ce que les négociations conventionnelles ?

Voici une petite vidéo explicative que nous avons réalisée et qui a été visionnée par plus de 80% des étudiants en chirurgie-dentaire de France.

 

Les négociations commencent…

Les premières séances de travail d’écriture de ce nouvel avenant ont porté sur le volet de la démographie. Nous avons été invités à la table des négociations conventionnelles au siège de la Caisse Nationale de l’Assurance maladie, en présence des différents partenaires conventionnels (UNCAM, UNOCAM, FSDL, CNSD, UD).

Les discussions portaient sur les modalités d’installation des nouveaux chirurgiens-dentistes en réponse à leur répartition inégale sur le territoire.

Les principales propositions sont les suivantes :

  • Revalorisation de l’aide à l’installation en zone sous-dotée
  • Nouvelle méthode d’analyse de la répartition des praticiens
  • Mise en place d’une régulation de l’installation en zones très sur dotées

L’UNECD a exprimé son opposition à toute mesure coercitive d’installation et à défendu l’intérêt d’accentuer la communication auprès des étudiants sur les mesures incitatives. Notre argumentaire a porté ses fruits puisque la question du conventionnement sélectif a été reportée à plus tard.

Là où le bât blesse…

Notre contribution dans ces négociations semblait avoir trouvé ses limites à ce stade des négociations. Mais la séance du 14 décembre, date des premières propositions sur le volet tarifaire, a laissé un goût amer à l’ensemble de la profession. Le “grand virage” que les praticiens attendent depuis plusieurs années n’a pas été au rendez-vous.

En effet, l’Assurance maladie a proposé une trop maigre revalorisation sur les tarifs des soins conservateurs, chirurgicaux et préventifs et une inadéquation de la prise en charge des soins selon les dernières données scientifiques.

D’autre part, la menace du plafonnement des soins prothétiques, imposé par un arbitrage, ne permet pas de négocier sereinement.

C’est à la fois une grande déception, et une crainte justifiée de l’impact que pourrait avoir ces nouvelles dispositions sur la qualité des soins que l’on souhaiterait prodiguer à nos patients si elles étaient actées.

Nous avons publié un communiqué de presse le 20 décembre afin d’affirmer notre confiance envers les représentants syndicaux en vue de la séance du 6 janvier.

Mais la réunion du 6 janvier n’a pas été à la hauteur de nos espérances.

En effet, les nouvelles propositions des tarifs des soins opposables ne sont toujours pas à la hauteur et la menace d’un plafonnement des soins prothétiques plane toujours.

La conséquence ne s’est pas faite attendre, 2 des 3 syndicats présents ont quitté la table des négociations.

Le constat reste donc alarmant.

La mobilisation en marche !

Nous continuons d’informer et de représenter la voix nos étudiants jours après jour :

  • Un tour des facultés d’odontologie a été mis en place, nommé NégoTour
  • Une pétition étudiante circule depuis le 9 janvier au sein des différents UFR
  • Un préavis de grève à été déposé, appelant l’ensemble des étudiants des 16 CHUs de France à cesser la permanence des soins, afin de nous faire entendre jusqu’à jusqu’à la prochaine séance.

Alors que nous attendions avec enthousiasme d’entrer dans une nouvelle ère de la dentisterie, nos espoirs se retrouvent aujourd’hui menacés et la santé bucco-dentaire de nos futurs patients mise en danger.

Nous resterons mobilisés jusqu’à ce que l’Assurance maladie témoigne sa volonté d’assurer de manière cohérente la prise en charge des soins bucco-dentaires des français. Qu’elle réinvestisse en ces soins qu’elle a délaissé pendant près de trente années…

93ème congrès de l’UNECD

Du 20 au 23 octobre 2016 se tiendra à Nice le 93ème congrès de l’UNECD. Pour la première fois l’UNECD décide d’ouvrir les portes de ses congrès associatifs à tous les étudiants en chirurgie dentaire non associatifs qui le souhaitent !
Le bureau national vous a élaboré pour ce congrès de rentrée un programme sur mesure en fonction des problématiques actuelles de notre profession, mais également autour de la gestion quotidienne d’une association locale, du management d’équipe, de la construction à l’évaluation de projets, etc …

1 table ronde :
·         Sur les négociations conventionnelles 2016

23 formations :

·         Mon premier congrès
·         Les différents acteurs de notre profession
·         L’université de A à Z
·         Conception d’un projet de solidarité internationale : introduction, préparation, phase d’action, l’après
·         Cadre Général d’une association loi 1901
·         Communication interne et externe d’une association
·         La formation de chirurgien-dentiste en Europe
·         Les modalités de contrôle des connaissances
·         Gérer son compte associatif
·         Création d’une newsletter
·         Les différents types d’exercices
·         Intervenir en conseil d’UFR et défendre les étudiants
·         Partenariat de A à Z
·         Préparer sa fin de mandat associatif
·         Les instances internationales de A à Z
·         Elu UFR ou CROUS, préparation des élections
·         Création équipe, management équipe et gestion du planning
·         Evaluation et amélioration des actions d’actualités professionnelles
·         Le jeune chercheur : de l’étudiant au doctorant
·         Tout savoir sur la Responsabilité Civile Professionnelle
·         La valorisation de l’engagement étudiant

Ce congrès sera à nouveau l’occasion pour les présidents des 16 associations locales de se réunir lors de la traditionnelle « Réunion des Présidents », mais elle sera également l’occasion pour les 16 délégués UNECD de chaque association locale de se réunir autour de la toute première « réunion des Délégués », et cela afin d’échanger et de réussir à s’investir toujours plus dans la vie associative locale et nationale des étudiants en chirurgie dentaire; .

Le CLESI ne formera plus d’étudiants à l’odontologie !

L’UNECD a réussi, après 4 ans d’efforts, à faire interdire au CLESI de former des étudiants en Odontologie.

Aujourd’hui est un moment historique, qui montre que notre combat valait la peine d’être mené.

Le CLESI représente la raison principale pour laquelle nous refusons aujourd’hui l’introduction d’une dérégulation de la formation en France.
Mensonges, tromperie, fumisterie, diplômes payants, sont autant de termes qui définissent cette entreprise privée qui a fait des ravages auprès des étudiants depuis son ouverture.

Pour rappel, le CLESI, qui s’appelait à l’origine Université Fernando Pessoa, avait ouvert deux écoles respectivement à Toulon, en Octobre 2012, et à Béziers, en Octobre 2013.

Depuis cette date, les procédures judiciaires se sont enchaînées et le CLESI n’a cessé de jouer sur les mots (et les maux…) afin de faire durer le suspense et de continuer à arnaquer des étudiants le plus longtemps possible.

La procédure civile menée par la FSDL, à laquelle s’est associée celle de l’UJCD (syndicats représentatifs de la profession) a abouti à cette condamnation, et l’UNECD se réjouit de cette décision de justice. La Cour d’Appel d’Aix en Provence a statué, via un arrêt non suspensif, sur l’interdiction officielle au CLESI de “dispenser toute formation en odontologie sous astreinte de 5000 € par jour de retard à compter de deux mois après la signification”.

Ajoutons les précisions liées à cette décision de justice :

“La Cour ordonne en conséquence au CLESI :

– de cesser de dispenser à La Garde et dans toute autre établissement en France (donc y compris Béziers) des formations d’odontologie sous astreinte de 5000 € par jour de retard à compter de deux mois après la signification (j’ai d’ores et déjà donné instruction de procéder à cette signification, que doit obligatoirement précéder une notification par notre postulant à Aix)

– de publier un extrait de la décision à ses frais sur son site internet, dans le journal L’Etudiant et dans Var Matin, dans un délai de 10 jours à compter de la signification, sous astreinte de 500 € par jour de retard

L’arrêt est susceptible de pourvoi en cassation dans un délai de deux mois à compter de la signification mais ce recours n’est pas suspensif.

La CLESI ne peut pas saisir directement les juridictions européennes. Il peut seulement solliciter la Cour de cassation en lui demandant de poser une question préjudicielle à la Cour de Justice de L’union Européenne. Il peut aussi, après que la Cour de cassation aura statué, demander la condamnation de l’Etat Français devant la Cour européenne des droits de l’Homme, mais ce recours est très hypothétique et ne concerne pas directement la décision rendue.”

Une autre procédure, pénale, menée par la CNSD, également syndicat représentatif, à laquelle l’UNECD s’est associée en partie civile est encore en cours. Elle a pour objectif de prouver la tromperie dont le CLESI est à l’origine, qui donne à de nombreux étudiants l’espoir de pouvoir être formés et de bénéficier d’un diplôme de chirurgien-dentiste au bout de 5 ans alors qu’aucune convention n’est actuellement en cours avec une faculté étrangère, malgré les dires du directeur du CLESI, le Dr Ravaz …

Car oui, le CLESI ne peut plus former d’étudiants en chirurgie-dentaire, mais il dispense toujours des formations de préparation au concours IDE ainsi qu’en kinésithérapie.

L’UNECD continuera donc de se battre, pour qu’une fois pour toutes, le CLESI ferme ses portes à jamais.

Notons les éléments clés qui ont marqué ce combat, ayant commencé il y a plus de 4 ans …

– Sollicitation des autorités, et sortie de la loi Fioraso en juillet 2013, ôtant à Pessoa le terme d’Université et rendant la structure illégale, la forçant à changer de nom pour s’appeler CLESI

– Manifestation à Paris en mars 2014,où plus de 2000 étudiants étaient dans les rues de Paris pour combattre le CLESI

– Echanges avec les autorités, et notamment Thierry Mandon, Secrétaire d’Etat en charge de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, confirmant que les établissements de Béziers et Toulon agissent en tout illégalité car ils ne “satisfont pas à la procédure légale de déclaration d’ouverture”

– Le soutien reçu durant l’année 2016 de la part des instances représentatives de la profession : ONCD, Comident ainsi que des associations étudiants (EDSA, FAGE)

– L’engagement essentiel des étudiants de l’UNECD depuis 2012, au travers de diverses actions comme les réunions d’information sur l’actualité professionnel, mais surtout celui de Pierre Cahen qui n’a cessé de se battre pour permettre aux procédures d’avancer

– Et toutes les autres actions !

Vous l’aurez compris, sans le soutien de chacun, rien de cela n’aurait été possible.

Merci à tous ceux qui se sont impliqués, de près comme de loin dans ce combat à nos côtés.

58ème congrès EDSA – 42ème congrès scientifique ADEE à Barcelone

Du 21 au 27 août 2016 avait lieu le 58ème congrès de l’EDSA (European Dental Students’ Association), suivi du 23ème congrès scientifique ANEO et du 42ème congrès scientifique de l’ADEE (Association for Dental Education in Europe)  à Barcelone.

A cette occasion, près de 150 étudiants de 30 pays différents se sont réunis pour l’Assemblée Générale biannuelle de l’EDSA et le programme scientifique (congrès ANEO) qui se déroulait par la suite. La délégation française n’est pas passée inaperçue avec ses 18 étudiants venant de 10 facultés différentes !

Au cours de l’Assemblée Générale de l’EDSA, de nombreux sujets ont été abordés, et particulièrement celui des résultats de l’enquête de l’EDSA sur la pratique clinique des étudiants européens (1). Les étudiants ont pu échanger avec les deux associations représentatives que sont le CED (Council of European Dentists) et l’ADEE (Association for Dental Education in Europe).

Ces résultats, accessibles sur le site internet de l’EDSA (www.edsaweb.org), sont en effet préoccupants puisqu’ils révèlent que 10% des étudiants européens ne pratiquent pas sur patient au cours de leur formation initiale.

D’autre part, pour les étudiants ayant accès à une formation clinique, les résultats sont confondants puisque près d’un étudiant sur deux n’a jamais géré de traumatisme en denture temporaire au cours de sa formation, ou encore, près d’un sur trois n’a jamais fait de prescription médicamenteuse en fonction de l’histoire médicale du patient.

Pour remédier à cette situation, une modification de la directive 2005/36/EC qui contient les sujets devant être abordés au cours de la formation initiale en odontologie serait à envisager. Ce travail a été entamé par l’ADEE et le CED au cours des précédents amendements (2013/55 EC), mais n’a pour l’instant pas permis une modification majeure du texte.

Cette table ronde a été l’occasion de réaffirmer la volonté de l’EDSA, du CED et de l’ADEE de collaborer ensemble sur ce sujet.

L’Assemblée Générale de l’EDSA s’est terminée avec l’élection de son nouveau bureau pour l’année 2016/2017 :

Executive Comittee :

  • Président : Luka BANJSAK (Croatie)
  • Vice-Président : Valentin GARYGA (France – VP en charge des Affaires Internationales de l’UNECD 2014/2015)
  • Trésorier : Fiachra MAHER (Irlande)
  • Secrétaire Générale : Alyette GREIVELDINGER (France – VP en charge des Affaires Internationales de l’UNECD 2015/2016)
  • Web Manager : Renato VALENTE (Portugal)
  • Magazine Editor : Linnea BORGLIN (Suède)

Chargés de mission :

  • Prévention : Poppy REDENSTRÖM (Suède)
  • Formation : Stevo KOLLAR (Slovaquie)
  • Recherche : Müge MUEZZINOGLU (Turquie)
  • Programme EVP : Milos TODOROVIC (Serbie)

(1) http://www.edsaweb.org/news/35-press-release-clinical-practice-in-eu-dental-schools